ZOC de Jade Khoo : un voyage d’apprentissage poétique au fil de l’eau

Pour sa première bande dessinée, Jade Khoo frappe fort, mais juste. Avec cette jeune fille au spleen communicatif, elle exprime la difficulté de trouver sa place dans le monde quand on sort à peine de l’enfance… Zoc est une BD jeunesse intime, sensible et poétique à mettre entre toutes les mains dès 12 ans !

D’apparence, Zoc est une jeune fille comme toutes les autres. Cependant, dès que la pluie tombe du ciel, elle devient très spéciale… Ses cheveux dissimulent un incroyable secret : celui de puiser l’eau. Un pouvoir inutile, on en convient, mais qui définit l’essence même de sa personnalité. En effet, ses cheveux se font finalement le miroir de la tristesse qu’elle traîne, derrière elle, sans vraiment en comprendre la source… Don ou malédiction ? On vous laisse vous faire votre propre opinion.

Bien que Jade Khoo explore un thème maintes fois abordé dans la littérature adolescente, on ne peut lui enlever l’originalité du chemin emprunté… La quête de soi, et surtout celle d’une légitimité dans un monde adulte trop vaste et compliqué, est souvent rapide et extrêmement bouleversante… surtout pour les jeunes gens aux personnalités atypiques « je me demande si je supporterais de voyager toute seule comme ça toute ma vie… peut-être ». Pourtant, en s’appuyant sur une mise en scène cinématographique, la bédéiste vous propose un voyage initiatique intime et sensible inédit qui invite à l’introspection. Et c’est probablement pourquoi, Zoc fait partie indéniablement partie des meilleures BD 2022.

Zoc : une BD jeunesse fantastique inspirante

Dès la première double page, nous sommes immédiatement embarqués dans un monde doucereux et fantaisiste. Pourtant, rien d’extravagant de prime abord ! Le dessin est simple, mais le regard perdu de cette jeune fille étonnante nous happe quasi instantanément dans son univers. Il faut dire que l’eau que ses cheveux traînent derrière elle a de quoi piquer notre curiosité…

Sans jamais se départir de son onirisme singulier, Jade Khoo illustre une vie ordinaire par l’extraordinaire. Le dessin aussi fin que délicat et les couleurs harmonieusement satinées ébauchent une description précise et poétique de la vie quotidienne. À la fois simples et complexes, les dessins expriment la détresse de l’adolescente avec poésie et sensibilité. Oscillant sans cesse entre le fragile et l’intense, Zoc est une BD qui nous surprend et nous fait vibrer tout au long de ses pages. À la manière du célèbre réalisateur du studio Ghibli, Hayao Miyazaki, Jade Khoo nous plonge dans un univers fantastique pour mieux aborder des thèmes sensibles, tels que le passage de l’enfance à l’âge adulte ou la sensibilisation discrète à la protection de l’environnement.

À l’instar de l’univers emblématique de Miyazaki, Jade Khoo esquisse un imaginaire naïf pour délivrer, presque imperceptiblement, une belle leçon de vie à ses lecteurs. Et sous cet angle, l’histoire innocente de Zoc se transforme en voyage initiatique captivant qui dissimule une critique du monde dans lequel nous évoluons. Parce qu’il faut le dire, assumer qui l’on est – surtout à l’adolescence – ça n’a rien de facile !

zoc bd jeunesse

En bref, et vous l’aurez sûrement compris, c’est ouvrant la porte sur le monde des rêves que Jade Khoo réussit le joli tour de force de questionner les tourments de l’adolescence avec originalité et perspicacité.

Zoc : une BD pour extérioriser le mal-être adolescent

BD jeunesse aux planches contemplatives et à la narration lente, Zoc, en plus de nous faire passer un moment de lecture paisible, nous donne l’occasion de ralentir le temps afin de nous poser les bonnes questions « je ne sais toujours pas quoi faire de ma vie ». Si Zoc possède un pouvoir unique, ce n’est pas le seul fardeau qui pèse sur ses épaules. En plus de l’eau qui dégouline inlassablement de ses cheveux mouillés, elle transpire un spleen adolescent involontairement démonstratif. Celui de ne pas trouver sa place dans le monde, oui, mais aussi – et surtout – de ne pas arriver à s’adapter à son environnement familial. Pigée dans une maison dépouillée d’une figure maternelle, elle n’arrive pas à comprendre sa sœur au regard espiègle et l’attitude désorientée de son père.

Et c’est ainsi que l’eau qui s’accroche à ses cheveux se fait le miroir cruel d’une existence médusée. Mais loin de s’arrêter aux préjugés et aux paroles médisantes, elle décide de s’accrocher et de faire de son don une utilité publique. La voilà donc partie sur les routes pour soulager les populations victimes d’inondations et, pourquoi pas, enfin trouver un sens à sa vie. Mais, le problème avec l’âge juvénile, c’est qu’on ne mesure pas toujours l’étendue de ses choix…

zoc meilleures bd 2022

Vous vous en doutez, son voyage ne sera pas de tout repos. Jugée au moindre de ses mouvements « tu comptes balader des inondations toute ta vie ? », elle affronte la colère et l’incompréhension. Pourtant, tout va basculer quand sa route va croiser celle de Kael… un jeune garçon qui s’enflamme quand les gens autour de lui souffrent. Le coup de foudre amical est presque immédiat. Comme si l’un était l’évidence de l’autre.

Deux êtres discordants qui, ensemble, jouent enfin une note qui sonne juste « je me sens tellement légère ». Deux oisillons qui, main dans la main, vont prendre leur envol « j’ai l’impression que je vais m’envoler » après s’être libéré du poids des préjugés. Grandir, ça n’est pas toujours facile, mais ça l’est un peu moins quand on n’est pas tout seul. Et c’est ainsi que chacun va transformer son pouvoir solitaire en bienfait mutuel « Zoc et Kael transforment vos problèmes en nuages ». Une histoire d’amitié qui transpire une sincérité aussi craintive que bouleversante.

zoc bd

Si la morale de ce petit conte poétique semble manifeste, ne vous y fiez surtout pas ! L’essentiel de la BD Zoc est ailleurs… Entêtante et poétique, cette lecture apaise les tourments et met des images sur l’indicible « je sais bien que je sers à rien et que je dois noyer un tas de trucs ». Au-delà des valeurs évidentes qu’elle transmet, cette BD jeunesse est une véritable ode à la différence « merci de comprendre » qui permet de s’accepter et de trouver une place – aussi petite soit-elle – dans l’immensité du monde des adultes qui peut parfois effrayer… À lire absolument !

Laisser un commentaire