Nouveauté BD : Philosophix ou comment réviser la philo en s’amusant ?

Philosophix, c’est d’abord 10 histoires empruntées aux philosophes eux-mêmes, et mises en images par A.Dan avec un trait délibérément réaliste, alliant palette lumineuse et joyeuse à une technique étonnante aux crayons de couleur.

Hegel vous a fait fuir ? Marx vous a traumatisé ? Vous ne supportez plus la vue d’un roseau ? Alors aucun doute, La BD Philosophix est faite pour vous.

Lui, c’est l’auteur, le narrateur, votre guide dans le joyeux périple qui vous attend. Sympa, non ? Il est le fil rouge de l’album, passant d’une anecdote à l’autre, d’une période à l’autre, il ne vous lâche pas, vous parle, vous accompagne avec bonne humeur et plein de costumes d’époque dans les histoires et leurs possibles interprétations.

philosophix nouveauté bd

Philosophix c’est de la philo certes, il n’y a pas tromperie sur la marchandise, mais autrement… Habituellement, en philo, on commence par les concepts (le bonheur, la beauté, le mal, vous vous souvenez ?) et par les théories des philosophes : le bonheur/les Stoïciens, la justice/Platon, la beauté/Hegel… Oui, désolée pour la douloureuse piqûre de rappel et le souvenir de quelques belles pilées… Bon, on est tous passés par là, ça fait des trucs marrants à raconter aux copains.

Et dans Philosophix, une nouveauté BD 2021, on commence par une histoire, une anecdote, une fable… C’est aussi l’ADN de la bande dessinée de raconter des histoires, cela tombe bien !

Elles ont toutes leur charme, leur ton, leur couleur. Quelques titres parmi celles que j’ai particulièrement aimées, non qu’elles soient « meilleures » – tout l’album est une belle réussite – mais parce qu’elles rencontrent mes propres réflexions (oui, on réfléchit aussi un peu) : « Le bateau de Thésée » nous entraîne à la quête de notre identité, le « Roseau de Pascal » mobilise notre conscience.

philosophix nouveauté bd 2021Quant au danseur de corde de Nietzsche, il nous incite à inventer notre vie, beau et ambitieux programme !

Ce que j’apprécie aussi, moi qui n’aime guère l’esprit de chapelle, c’est le choix de décloisonner l’approche des idées philosophiques en convoquant les arts : la peinture (A.Dan reprend Rembrandt et Raphaël) le cinéma (Matrix), les sciences, la littérature avec Camus, Gide ou encore Kafka mais aussi les loups-garous ou Dorian Gray. Sans oublier les clins d’œil à Hergé ou Gotlib, le tout avec pas mal d’humour, jugez -vous-même :