fbpx

Le blog pour les lecteurs du monde entier

Littérature et Essais

En route pour Sigló de Ragnar Jónasson, en dégustant un roulé à la cannelle et un bon thé. Prêts pour ce polar 2020 ?

Vous entrez dans ce roman comme on enfile son pull (islandais) préféré. Qu’est-il arrivé à cette jeune fille parfaite – enfin presque- retrouvée morte en pleine ville ? Qu’on se rassure, Ari Thor va, bien sûr, résoudre l’énigme non sans nous en apprendre plus sur ses propres failles.

Pas d’hiver islandais interminable cette fois. Pâques approche, et si l’on peut encore faire du ski, les jours rallongent, les déplacements se font plus nombreux, non sans risque. L’intrigue démarre sur les chapeaux de roue : quelques pages et nous voici face au cadavre de cette très jeune fille, Unnur, qui a chuté, semble-t-il, d’un balcon. Accident ? Suicide ? Meurtre ? Mais à Siglufjördur, les gens ne sont guère loquaces et le pauvre Ari va avoir toutes les peines du monde à faire se délier les langues. Sauf celle d’un vieux monsieur qui a barbouillé « elle a été tuée » sur le mur de sa chambre à la maison de retraite flambant neuve… et qui manque un peu de clients. Détiendrait-il la vérité ? Pas sûr. Tandis que les zones d’ombre des uns et des autres s’accumulent, pour ne rien arranger, une tempête de neige s’annonce. Qui ment ? Qui dit vrai ? Qui sait ?

Siglo jonasson ragnar : meilleur polar 2020

Note babelio 3,5

3.64/5 (129 votes Babelio)

Il n’est pas bon de trop en dire sur une enquête policière sous peine de vous priver, cher lecteur, du plaisir de votre propre enquête ! On lit quand même des polars pour ça, non ? Donc vous n’en saurez pas plus. Je peux toutefois vous dire que vous en apprendrez davantage sur Ari Thor, héros récurrent des romans de Ragnar Jónassen. Son couple bat de l’aile, il ne voit guère son fils et quand Kristin, sa compagne, fait enfin irruption à Sigló avec leur fils Stefnir… disons que cela ne se passe pas tout à fait comme prévu, surtout qu’une certaine Ugla va venir brouiller les cartes. Vous aurez remarqué que dans les romans islandais, les inspecteurs rament autant que nous, ont les mêmes soucis et difficultés. Pas de super-flic ici. Mais Ari Thor est jeune et si Tomas son mentor lui manque parfois, il est bien décidé à tracer sa route et à « apprendre à accepter son sort et à aimer chaque saison » dans cette ville du nord qu’il n’a pas vraiment choisie. C’est une difficulté que tous les expatriés (d’une ville ou d’un pays) connaissent bien. Reykjavik semble si loin pour le jeune Ari.

De nombreux personnages vont défiler dans ce roman somme toute assez court et à la lecture très fluide. Ils sont brossés en quelques traits, les dialogues sont vifs, les chapitres s’enchaînent rapidement, passant d’un sujet à l’autre, de l’Ari privé à l’Ari enquêteur, le tout traversé par l’odeur des roulés à la cannelle dont il est très friand. Le dépaysement est assuré par les patronymes si singuliers, les noms de lieux difficiles à prononcer, l’odeur de la mer et des poissons fraîchement pêchés. On devine aussi une vie rude pour beaucoup, y compris pour ce médecin, Hersir, qui tente de faire vivre sa maison de retraite installée dans une ancienne école. Vous rencontrerez aussi Sara, et Jenny, les camarades d’Unnur, Gudjon, l’artiste, Bjarki l’intellectuel, bref tout un microcosme campé en quelques séquences efficaces.

meilleur polar 2020

Siglufjördur comme décrit par Ragnar Jónassen dans Sigló

Je fais partie de ces lecteurs fans de littérature policière scandinave et de certaines séries au ton si singulier des pays scandinaves. Certes, c’est toujours construit un peu de la même façon, mais cela participe aussi au plaisir de la lecture. Ceci dit, Jónassen n’est pas Indridason, l’écriture, les caractères, l’atmosphère tout y est différent. J’aurais tendance à dire, après avoir lu trois romans de Jónasson, qu’il s’adresse à un lectorat plus jeune que celui d’Indridason, aussi bien dans la conception de l’intrigue que dans son écriture. Ari a l’avenir devant lui, tandis qu’Erlendur, l’inspecteur des romans d’Indridason, pas si vieux pourtant, empêtré dans ses propres impasses, semble au crépuscule de sa vie.

Il est temps pour vous maintenant de commencer votre séjour à Sigló. Préparez le thé. Réchauffez les roulés à la cannelle. Enroulez-vous dans votre plaid. Respirez l’odeur de la mer. Ari vous attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article par Simone Chabaux

Professeur de lettres, bénévole associative, Simone aime aussi écrire, faire des aquarelles et se battre pour les idées qui lui tiennent à cœur.

Sur le même thème