fbpx

Le blog pour les lecteurs du monde entier

Littérature et Essais

Les finalistes du prix Goncourt du premier roman 2022 dévoilés

Eh oui ! Il n’y a pas qu’en novembre que l’Académie Goncourt agite la scène littéraire. Le jury s’est réuni, en ce début de printemps, pour révéler sa sélection des finalistes du prix Goncourt du premier roman 2022. Et on peut vous dire qu’elle dissimule quelques pépites littéraires !

Après avoir lancé le Goncourt des détenus en partenariat avec les services pénitenciers et le Centre National du livre (CNL) en mars, le jury de l’Académie Goncourt s’est réuni pour délivrer leur sélection de livres en lice pour le prix Goncourt du premier roman. Eh oui ! Ils ont profité des beaux jours pour jeter un vent de compétition sur la scène littéraire. Pour rappel, ce prix littéraire vise à récompenser un auteur d’expression française qui vient de publier son premier livre.

Le prix Goncourt du premier roman sera décerné le 10 mai prochain. Mais, en attendant, nous vous proposons de découvrir les 6 romans finalistes de ce prix Goncourt du premier roman. On vous promet qu’il mérite qu’on s’y attarde !

Les envolés d’Etienne Kern

Le 4 février 1912, un homme, perché en haut de la tour Eiffel, pose un pied sur la rambarde. Il est décidé à tester son invention : un parachute. Tandis qu’une petite foule s’agglutine et que deux reporters commencent à filmer, il saute. C’est la mort instantanée. Hanté par les images de cette chute, Etienne Kern mêle l’histoire vraie de Franz Reichelt, tailleur pour dames venu de Bohème, aux souvenirs de ses propres disparus. Du Paris d’antan au Paris d’aujourd’hui, entre foi dans le progrès et tentation du désastre, Les envolés nous questionne sur l’espoir qui réside en chacun de nous grâce à tous ceux qui nous ont été enlevés trop tôt. En bref, un livre sur l’amour, un livre sur la mort, un roman dont on ne défait pas facilement…

La tour de Doan Bui

Bienvenue aux Olympiades dans le 13ème arrondissement de Paris. C’est là que, dans les années 70, des tours ont été construites pour séduire les cadres supérieurs et, ainsi, donner un second souffle au quartier. Mais il n’en fut rien. Les cadres supérieurs ne vinrent jamais s’y installer, mais, dans les années 80, des rescapés vietnamiens et cambodgiens y posent, petit à petit, leurs valises. Si l’utopie imaginée par les promoteurs immobiliers ne verra jamais le jour, le Chinatown parisien était né. C’est là que vous immerge Doan Bui, dans la tour Melbourne (fruit de son invention), pour nous raconter toutes les vies qui se sont croisées dans ce quartier. À travers l’œil de l’ascenseur de cette tour, vous serez le témoin privilégié de ces destins où s’y entremêlent humour, romance et douleurs indélébiles. Roman choral original, La tour dénonce le racisme de manière cynique et cinglante.

La poule et son cumin de Zineb Mekouar

Deux femmes. Deux destins. Deux Maroc. Si Kenza et Fatiha sont liées par l’amitié indéfectible qu’elles ont nouée durant leur enfance, la réalité de la société marocaine va peu à peu les rattraper. Issues de Casablanca. Que s’est-il passé entre temps ? Là est tout le fondement de la question à laquelle tente de répondre Zineb Mekouar dans La poule et son cumin. Par leurs récits croisés, l’autrice entremêle les destinées de deux héroïnes dans un pays qui punit l’avortement et qui interdit l’amour hors mariage. En bref, une fresque amicale qui dépeint les clivages politiques et sociaux du Maroc contemporain. Un livre d’émancipation intime et universel qui ne vous laissera pas insensible.

Qu’est-ce que j’irais faire au paradis ? de Walid Hajar Rachedi

Alors que Malek se rendait à Lille pour rendre visite à son cousin, il fait une rencontre qui va changer sa vie… Celle d’Atiq, un jeune Afghan en exil à la recherche de son frère jumeau, Wassim. Ce dernier a décidé de faire justice lui-même contre les Américains. Après cette rencontre, Malek ne parviendra pas à revenir à sa vie d’avant. Il veut aller voir le monde de ses propres yeux et ne plus se fier aux discours rapportés. À chaque ville visitée, c’est la même désillusion. Il entend la même histoire : celle d’un ailleurs fantasmé qui n’a probablement jamais existé. Le Paradis serait-il donc aussi une pure invention ? Dans ce roman aussi haletant qu’émouvant, Walid Hajar Rachedi nous raconte une quête existentielle sans jamais se départir de son humour. Porté par un souffle romanesque redoutable, Qu’est-ce que j’irais faire au paradis ? vous promet une fin magistrale…

La récitante d’Eve-Marie des Places

Oscillant entre le récit autobiographique et le roman singulier, La récitante est un livre qui suscite la curiosité ! De nos jours, à Paris, Eve nous entraîne dans son curieux quotidien. Timide et rêveuse, elle nous fait découvrir son langage et sa vision originale du monde. Passionnée par la langue française, elle va se retrouver au cœur d’un cercle dont le dessein est « d’entendre sonner cette langue française en ses états meilleurs ». Chaque membre vit sa passion en secret. Eve enchaîne les lectures de grands textes littéraires devant cet étrange public avec un plaisir croissant. Mais son histoire ne s’arrête pas là ! Embrigadée, Eve se met à fréquenter d’autres sociétés souterraines, tantôt illégales, tantôt licencieuses… Un récit énigmatique pour un livre unique en son genre.

Les méduses n’ont pas d’oreilles d’Adèle Rosenfeld

Plongée éblouissante dans le monde des sourds et des malentendants, Les méduses n’ont pas d’oreilles explore les failles du langage et la puissance de l’imaginaire. Quelques sons seulement parviennent encore à l’oreille droite de Louise, mais plus rien à gauche. Vivant depuis l’enfant dans un entre-deux, Louise voit son audition baisser drastiquement. Pour pallier cette perte auditive, son médecin lui propose un implant… Mais Louise n’est pas convaincue. Elle craint de perdre le rapport singulier qu’elle entretient avec le monde. Un monde peuplé d’images poétiques, de visions loufoques, de fabuleux personnages… Mais le temps presse, Louise n’a plus que quelques jours pour annoncer sa décision. Entre imagination et réalité, Adèle Rosenfeld décrit avec subtilité et douceur l’odyssée des sens égarés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article par Manon De Miranda

Amoureuse du voyage depuis son année d’expatriation en terres celtiques, Manon continue d’assouvir sa passion à travers les pages des livres qu'elle dévore. Mordue de lecture depuis sa tendre enfance, elle est responsable éditoriale pour le blog de Lireka.

Sur le même thème