fbpx

Le blog pour les lecteurs du monde entier

Littérature et Essais

Pete Fromm met notre vie en chantier avec son dernier roman vertigineux

De la joie intense au désespoir, il ne semble n’y avoir que quelques pages… Vous n’y échapperez pas, avec La vie en chantier, Pete Fromm risque fort de vous toucher en plein cœur. Entre découverte de la paternité et douleur de la perte de l’être aimé, l’auteur américain nous entraîne dans un tourbillon de sentiments dévastateurs…

La vie en chantier est un roman qui commence comme n’importe quel autre conte de fées, pourtant « personne n’a vraiment envie de ces conneries. Les bals, les baguettes magiques, les robes à la con. Que des emmerdes ». Et si vous connaissez Pete Fromm, et sa plume enlevée, vous vous doutez déjà que cela ne pouvait pas durer « Avant, on partait ensemble. On descendait des rivières, on traversait des jungles. On escaladait des montagnes. Mais cette fois, elle a dû partir seule. C’est l’expédition la plus longue de sa vie ». Et soudain, c’est le drame.

pete fromm la vie en chantier

Note Babelio 4

3.97/5 (466 votes Babelio)

Ils se nomment Marnie et Taz. Ils ont tout pour être heureux. Le soleil brille tandis que le couple s’apprête à accueillir leur premier enfant « Il avait hâte de devenir un homme à bébé, hâte de s’isoler encore plus avec Marnie et cet être nouveau, leur enfant, leur univers ». En bref, une histoire d’amour comme il en existe tant d’autres…

Mais… ne dit-on pas que le bonheur est aussi fragile qu’éphémère ? Avec La vie en chantier, paru en format poche aux éditions Gallmeister le 1er avril 2021, Pete Fromm signe un livre sur le deuil aussi poignant que novateur. Pourquoi ? Tout simplement parce jamais il ne laissera le mélodrame prendre le pas sur la vie. C’est avec des mots simples, mais terriblement émouvants, que Pete Fromm nous transmet toute la détresse de Taz « son sourire à lui s’était fissuré, et Taz avait peur que cette fissure se transfère à son corps tout entier, ne laissant qu’un tas d’éclats brisés sur le sol ».

Un avenir commun démantelé. Des rêves mutilés. Un amour fauché. Un homme brisé.

Une vie entière à reconstruire…

La vie en chantier ou la vie de chantier ?

Eh bien… un peu des deux ! Il faut dire que le titre du livre de Pete Fromm porte bien son nom…

Justement ! Prenons le temps de reconnaître le génie de la traductrice, Juliane Nivelt. En s’éloignant légèrement du titre original A job you mostly won’t know how to do (littéralement : un travail que vous ne saurez pas vraiment comment accomplir), elle rend hommage au texte qui se cache derrière la couverture du livre de Pete Fromm. En effet, ici, tout n’est qu’une question de construction et déconstruction « Il va chercher la pelle. Creuse. La brouette. Les sacs de béton prémélangé. Il trouve l’arrivée d’eau. Le tuyau. Construit des semelles de fondations indestructibles ». Au sens propre comme au sens figuré.

Une maison dont les finitions n’attendent plus que d’être terminées.

Une relation père-fille à bâtir.

Une vie à déconstruire…

… pour mieux la reconstruire.

Les fondations d’une nouvelle relation naissante à consolider.

Et c’est précisément là que Pete Fromm parvient, une nouvelle fois, à toucher ses lecteurs en plein cœur. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est par la combinaison de ses métaphores autour du champ lexical du chantier qu’il parvient à diffuser une beauté indescriptible, une douceur innommable tout au long de son texte. La vie en chantier est un livre qui se lit avec le cœur et non avec l’esprit. Tout se joue à travers les sensations plutôt qu’à travers le sens premier des mots. Pourtant, l’authenticité des émotions qui traversent le livre vous hantera même après que vous aurez tourné la dernière page… Et si le véritable sens de La vie en chantier se cachait entre les lignes de l’auteur ?

La vie en chantier de Pete Fromm : un livre sur le deuil ?

Si La vie en chantier se bâtit sur un territoire de non-dits et de conversations faussement futiles, le roman de Pete Fromm est bien plus qu’un livre sur le deuil… c’est un livre sur la vie. Sur cet après qu’on refuse de concevoir alors que « L’avenir, c’est là où tu vas et tu n’y peux rien ».

Tantôt taciturne, tantôt méticuleux, Taz doit tout réinventer. Là, à Missoula dans le Montana, il va devoir apprivoiser tout ce qu’il croyait connaître sur le bout des doigts. Et, tandis que le fantôme de Marnie flotte tout autour de lui, qu’il est torturé par des milliers de « et si », il va devoir endosser son rôle de père pour ce bébé qui ne demande qu’à être aimé.

la vie de chantier

Missoula, Montana comme décrit par Pete Fromm dans La vie en chantier

Dans cette nouvelle vie, il y a tout ce que Marnie aurait voulu. Mais il y a surtout ce que Taz peut. Puis, il y a ce que les autres font pour qu’il puisse enfin apercevoir la lumière au fond du tunnel « Taz court et plonge, le monde se fait bulles, courant, silence et lumière fractionnée, puis il aperçoit leurs mains, paumes ouvertes, prêtes à le tirer à la surface, à le ramener à l’air libre ». Et enfin, il y a Midge, ce bébé qui babille et qui ne demande qu’à s’élancer dans la rivière de la vie.

C’est ainsi que, dans un nuage de justesse et de douceur, Pete Fromm nous rappelle que la vie finit toujours par reprendre ses droits… Et même si « certains voyages semblent interminables », la vie offre toujours une seconde chance à ceux qui savent la saisir…

Le livre à lire si vous avez aimé La vie en chantier : Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

pete fromm mon desir le plus ardent

Là encore, ils avaient tout pour être heureux… Eh oui, encore une histoire de couple, nous direz-vous ! Mais, soyons honnêtes, Pete Fromm a l’art et la manière de nous faire chavirer. Pourtant, c’est sans jamais tomber dans le larmoyant qu’il affuble le sort de Maddy et Dalt, nos deux amoureux, d’une ironie cruelle. À la fois drôle et romantique, Mon désir le plus ardent se veut une tragédie romantique ancrée dans l’air du temps. En amour, rien ne semble couler de source et ce, même si la rivière s’écoule non loin de là…

Sujet audacieux, l’amour est-il aussi puissant qu’on veut bien le croire ? Le désir est-il de plus en plus ardent au fil du temps ? Alors qu’elle s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, Maddy rencontre Dalt. C’est le coup de foudre. Les voilà alors embarqués dans une histoire d’amour qui durera toute leur vie. Mais c’était sans compter sur les épreuves qui les attendaient au détour du chemin. Il aura suffi de quelques vertiges pour que tout bascule… Comme quoi, la vie est loin d’être fleuve tranquille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article par Manon De Miranda

Amoureuse du voyage depuis son année d’expatriation en terres celtiques, Manon continue d’assouvir sa passion à travers les pages des livres qu'elle dévore. Mordue de lecture depuis sa tendre enfance, elle est responsable éditoriale pour le blog de Lireka.